Publié le 23 Décembre 2009

Je ne sais pas pour vous, mais moi le froid de ces dernières semaines m’a complètement engourdie…

Je vous avoue qu’après avoir bravé les grèves de transports, la neige, le froid, les bus qui se font désirer pour finalement rentre à pied, une chaudière de l’immeuble capricieuse qui a fait de notre appartement un charmant petit igloo familial, il ne me restait plus qu’une seule solution : HIBERNER, ce qui était tout à fait faisable puisque, tout le monde le sait, j’avais assez de provisions dans mon « garde-manger » ….ce qui explique mon absence de la blogosphère et vous m’en excuserez !!

En revanche,  je ne vais pas faire aussi fort que la marmotte, aussi ai-je décidé de reprendre du poil de la bête (c’est le cas de le dire !!!) : une cure de vitamine, 2 paires de collants surmontés de chaussettes, 3 pulls, bref me voilà requinquée pour affronter le froid, l’hiver n’aura pas raison de moi ni de mon envie de cuisiner !

Et puis après tout, rien de tel que les fourneaux pour se réchauffer, en avant !Je vous propose donc une recette simple et rapde, testée cette année exclusivement pour la fête de H’anouka : des beignets aux pommes que vous pourrez déguster natures saupoudrés de sucre ou pour les plus gourmand(e)s caramélisés et flambés au rhum.

 

RecapBeignets pommes

Ingrédients :
4 pommes
250 g de farine
2 œufs
20 cl d’eau
5 cl de bière
50 g de sucre semoule
1 sachet de sucre vanillé
1 pincée de sel

Garniture :
Sucre cristallisé
1-2 bouchons de rhum


Préparation
Séparez les blancs des jaunes.
Mélanger la farine, l’eau, la bière, les 2 jaunes d'œufs, les sucres, et le sel.
Lorsque le mélange est homogène, laisser reposer au frais au moins 30 min
Pendant  ce temps, éplucher les pommes, retirer le trognon avec un vide-pomme puis découper des rondelles de 1 à 2 cm d’épaisseur.
Battre les blancs en neige puis incorporez-les délicatement à la pâte sortie du réfrigérateur.

Faire chauffer l'huile.
Tremper les rondelles de pommes dans la pâte à beignet et plongez-les aussitôt dans l'huile chaude. Retirer les beignets lorsqu’ils sont dorés de chaque côté.
Les déposer sur un papier absorbant et les saupoudrer d'un peu de sucre au moment de les servir.


Faire caraméliser et flamber les beignets
:
Pour les plus gourmands
, vous pouvez poser les beignets dans une poêle, ajouter un peu de sucre en poudre pour faire apparaître doucement un caramel ambré, dès que le caramel apparaît, verser (attention opération délicate) le rhum dans la poêle puis y jeter une allumette enflammée pour faire flamber les beignets. 

Pendant les quelques secondes ou les beignets flambent, bouger un peu la poêle pour que le « jus » imprègne tous les beignets.
Manger chaud.
 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin sucré

Repost 0

Publié le 17 Novembre 2009

Salut les gourmand(e)s !!!!

Aujourd’hui Honneur à l’ananas au sirop, c’est pratique, c’est bion et toujours de saison.

Je vous propose donc un gâteau « renversé » d’une simplicité…renversante !!

C’est pas compliqué : il vous faut réaliser un joli caramel ambré, disposer de quelques tranches d‘ananas au sirop et le tout surmonter de ma génoise fétiche et le tour est joué, alors à vos fourneaux….



Sans oublier la version "mini",surmontée de filaments de caramel craquant, trop bon !!!!


Ingrédients pour un gâteau de 28 cm de diamètre et 8 versions miniatures :

  • 2 boîtes d’ananas au sirop
  • La génoise :
    7 œufs
    2 verres de sucre  - 260 g
    1 verre d ‘huile - 130 g
     1 verre de jus d’orange - 130 g ( idéalement pressé sinon le sirop des ananas fera l’affaire mais diminuer alors la quantité de sucre)
    1 ½ sachet de levure chimique
    1 sachet de sucre vanillé
    3 verres de farine (300 g)
  • Le caramel :
    Quantité suffisante de Sucre en poudre

 Préparation :

Commencer par réaliser le caramel.

Dans une casserole à large fond, faire fondre le sucre à feu doux

Lorsque le caramel est prêt (belle couleur ambré), le répartir sur l’ensemble de la surface du fond de vote moule (silicone pour moi sinon pensez à mettre un peu d’huile) .

Ouvrir les boîtes d’ananas, égouttez les frutits et réservez le jus.

Déposez les rondelles entières dans le fond du moule (sur le caramel) en serrant un peu les tranches et afin de tapisser toute la surface disponible.

Note : Pour ceux/celles qui ne sont pas copain(e)s avec le caramel et qui disposent d’un moule rigide (attention pas les barquettes en aluminium !) pouvant aller sur le feu du gaz voici une autre méthode : Huilez votre moule puis recouvrir le fond d’une couche de sucre en poudre.

Poser les tranches de fruits égouttées sur le sucre afin de tapisser le fond du moule et mettre sur feu doux. Faire pivoter le moule de temps en temps jusqu’à ce que tout le sucre du fond ait pris couleur.

 

La génoise :
Battre les blancs en neige avec une pincée de sel.
Lorsqu'ils commencent à être fermes, verser le sucre en pluie et continuer de battre jusqu'à ce que le tout soit bien ferme
Ajouter délicatement les jaunes (entiers) aux blancs battus et remuer délicatement.
Lorsque le mélange est homogène ajouter l'huile , le jus d'orange (idéalement pressé), la levure et reprendre le batteur.
Mélanger le tout puis ajouter au fur et à mesure la farine.

Verser la pâte dans le moule (par dessus les ananas caramélisés) et si il vous reste des ananas , les détailler en petits dés puis les ajouter à la pâte.
Enfourner à 160°C et retirer lorsque la pointe d'un couteau insérée dans le gâteau ressort sèche (45-60  minutes) 

Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin sucré

Repost 0

Publié le 9 Novembre 2009

Une petite entrée toute fraîche, acidulée et légère , ça vous dit ???
Pas besoin de cuisson , un  "cercle à mousse" fera l'affaire ou bien un emporte-pièce dont les rebords sont très hauts.
C'est simple, c'est bon et ça fait de l'effet, qui dit mieux ????







Ingrédients pour environ 4 pièces :
2-3 avocats pas trop mûrs
2 belles pommes granny
1 citron
Quelques bâtonnets de surimi
Huile de noisette
Graines de sésame doré

Préparation :
Dans un premier temps , épluchez découpez les pommes et coupez les en très fines rondelles que vous citronnerez aussitôt de chaque côté.
Dans chacune de ces rondelles, découpez à l'aide du cercle à mousse (qui du coup vous sert d'emporte-pièce) la forme que vous désirez..


Voici les cercles que j'ai utilisé (à droite)
 Vous pouvez les achetez sur le site Kookit et béneficiez de 5 % de réduction en cliquant sur le logo juste à gauche, le code promo est CARAMEL.





Réservez les "formes" de tranches de pommes et détaillez les chutes en petits morceaux en vrac.
Epluchez les avocats, les coupez en petits dés, les citronner pour qu’ils ne noircissent pas et les réserver.
Détaillez les bâtonnets de surimi en rondelles fines.
Mélangez les dés d'avocats et les "chutes" de pommes" ajoutez une pointe de vinaigre , quelques graines de sésame (pour le croquant : facultatif) er une goutte d'huile de noisette.

Le montage :
Au fond de votre "cercle à mousse", placez une première tranche de pomme, ajoutez le mélange pommes/avocats et tassez bien.

Placez ensuite par-dessus les rondelles de surimi en commençant par en placer le long du tour du cercle puis complétez au milieu par des rondelles « à plat ».Tasser à nouveau et placez une seconde tranche de pommes pour finir.

Pour servir, placez le cercle dans l’assiette , tassez encore tout en retirant le cercle délicatement.

Décorez à votre convenance.





Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin salé

Repost 0

Publié le 3 Novembre 2009

Lors de la publication de l'article "minis-pâtisseries", il y a un moment déjà, je vous avais promis de vous donner la recette des fameuses tartelettes chocolat/noix caramelisées.
Bon et bien nous y voilà !!!
Simples à réaliser, cette recette ce décliner en tartelettes « petits fours » ou bien en grande tarte familiale, comme bon vous semblera.
A la fin de ma réalisation, il me restait des noix caramélisées que je n'ai pas réussi à caser sur mes tartelettes.
Qu’à cela ne tienne, elles ont terminé mixées : une  sorte de pralin au noix finalement puis enrobées de chocolat comme ici. Des petites bouchées gourmandes parfaites pour finaliser une déclinaison de desserts aux noix dont voici une suggestion :
Dans l'assiette gourmande, vous pourrez poser :
- une tartelette choco/noix caramelisées
-  une petite verrine de pommes fraîches + noix concassées + miel + sucre vanillé poêelées au beuure
- une bouchée "pralin de noix" (avec les restes de noix caramélisées)  enrobée au chocolat que vous piquez dans un cure dent et posez en équilibre sur la verrine (je viens d'avoir l'idée, je vous enverrai les photos dès que je la réalise !!).


Note :
Pour les réticents aux noix classiques légèrement âpres vous pouvez les remplacer par des noix de pécans, plus rares un peu plus coûteuse mais alors là c’est carrément une tuerie !!!!!!

Un peu d'indulgence pour les photos du jour qui ne sont aps extras...j'en ajoute d'autres de meilleure qualité très bientôt.




On les voit mieux ICI !




Ingrédients pour environ 12 minis-tartelettes :
Pâte sablée
Garniture :
150 g de cerneaux de noix
1 tablette d chocolat
1 cuillère à soupe de crème liquide (au soja pour moi)
sucre en poudre
1 cuillère à soupe de Margarine (goût beurre)


Faire cuire les fonds de tarte (recette ici) environ 20 minutes à 160°C (isi ils sont prês d'avance  alors les sortir du congélateur)

Préparation de la garniture au chocolat :
Faire fondre le chocolat au bain-marie ou au micro-ondes.
Ajouter la margarine fondue et la crème,  remuer vivement et étaler à la cuillère sur les fonds de tartelettes.
Placer les tartelettes au frais.

Préparation de la garniture aux noix caramélisées :
Torréfier les noix une dizaine de minutes au four à 180°C ou dans une poêle.
Mettre le sucre dans une casserole et le faire cuire à feu doux jusqu'à l'obtention d'un caramel ambré.
Ajouter la crème (bien chaude) puis la margarine, remuer bien pour que le caramel ne s'agglutine pas, puis y ajouter les cerneaux de noix.Remuer pour homogénéiser.
Sortir les tartelettes à la ganache du frigo.
 Prelever l'équivalent d'une cuillère à café bombée du mélange noix/caramel et le poser sur la ganache chocolat des tartelettes.
Laisser refroidir et déguster.


Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin sucré

Repost 0

Publié le 29 Octobre 2009

Plutôt que de se creuser la tête pour savoir que faire à manger, je vous propose de creuser…une courge, c’est de saison !!

Et oui,en ce moment le choix est vaste sur les étals de nos marchés au rayon des cucurbitacé...les quoi ?

Bon alors pour faire simple, c’est la famille des courges qui regroupe par exemple : le potiron (aussi appelée la « courge rouge » ou citrouille) ; le potimarron, la courge « butternut », la courgette, les pâtissons….et d'autres encore que j'oublie certainement mais voici quelques photos bien plus parlantes.


 

Mon choix : A la fois doux et ferme, ce légume se décline sans problème de l’entrée au dessert en saveur sucrée, salée ou sucrée/salée…il suffit de se creuser la tête, sans toutefois creuser la courge à chaque fois !

"And he winner is...la courge Butternut"  récompensée pour son interprétation dans « Légumes d’automne».

Clipart Gif diplômeMON099061|Courge musquée|Web+ - A5+ - A4+ - A3+ - Etendue+|187

Découvrez les coulisses d'une rencontre unique enntre cette étoile montante et un bel italien qui fait fureur, j'ai nommé : le Risotto !! 
Aujourd'hui, ils ont accepté de poser rien que pour VOUS défiant leur timidité et vous confient en exclusivité la façon dont ils se sont…mariés !




 

 Ingrédients pour 4 personnes :
350 g de Riz spécial risotto
 1 courge "butternut"
Le jus pressé d'une orange
1 pointe de couteau de safran
1/4 verre de vin blanc
1-2 feulles de laurier
3 échalottes
1 c.à café de boullon de volaile en poudre

Préparation :
1.  Prendre la courge «Butternut»
et la couper en 2 au niveau du rétrécissement de diamètre comme ci-dessous :


 

           Note : Vous pouvez tout aussi bien réaliser cette recette avec de petits potirons dont vous retirez uniquement le chapeau.

          Evider la partie ronde de la courge en retirant pépins et filaments.

 

2.       Une fois nettoyée, creuser au maximum  cette partie ronde de la courge à l’aide d’une cuillère
          jusqu’à ce que vous soyez le plus proche possible des parois.

                     -  Mettre la chair de la courge récupérée en creusant à cuire (a) dans de l’eau bouillante
                         additionnée de coriandre et d’1 cube de bouillon de volaille.


                   -   Placer la partie ronde creusée de la courge sur un plateau de four et l’enfourner à 180 °C
                       pour ½ heure (facultatif), elle sera utilisée pour le dressage.

 

3.       Pendant ce temps, éplucher complètement l’autre partie (allongée) de la courge et la détailler en
          petits dés.

          Dans une poêle faire revenir les la moitié des échalotes dans un fond d’huile, y jeter les dès de
          courge, saler,poivrer, ajouter ½ verre d’eau, 1 feuille de laurier et la moitié du jus d’orange frais (pressé).

       Note :

          Une fois la cuisson terminée, réserver (b)

 

4. Préparer le risotto :

          Faire revenir dans une sauteuse le reste de l’échalote dans un fond d’huile.

           Y ajouter le riz à risotto (cru) puis remuer pour qu’il devienne translucide.

          Ajouter le vin blanc, le reste du  jus d’orange , le safran et le laurier, saler, poivrer.

          Récupérer le jus de cuisson de la chair de la courge (a).  Arroser le risotto avec ce jus          
      bouillant.

      
      Attention :
Le risotto absorbe une grande quantité de liquide, il ne faut pas s’étonner de rajouter
         éventuellement de l’eau si nécessaire.
Cela dépend aussi de la manière dont vous aimez déguster le  
         risotto.

         Lorsque le risotto est cuit, le mélanger avec les dés de courge (b) revenus à la poêle.

 

5. Dressage : Pas besoin de « plat de service », placer votre risotto dans la partie ronde et creusée de
la courge.

         Pour ma part je l’ai décorée avec des petites brochettes de billes de courges cuites.

      Note : Si vous utiliser des petits potirons c’est encore mieux, chacun aura le sien ! 

Les dés de courge doivent être tendres mais encore un peu fermes.

Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin salé

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2009

“Chocolate addicted” s’ abstenir  !!!

Voici des petites bouchées à la poudre de pralin et enrobées de chocolat qui vont vous faire fondre de plaisir !!!!!

Tout l’arôme des noisettes grillées sublimé par une touche chocolatée, le tout  alliant douceur, croquant et fondant, bref une explosion gourmande qui ne fond pas dans la main…car elle n’y restera pas très longtemps !!

 



Ingrédients :

250 g de noisettes décortiquées sans la peau et no salées

250g de sucre

Du  chocolat en tablettes de bonne qualité

 

Préparation du « pralin maison » :

Faire griller légèrement les noisettes au four ou à la  poêle

Pendant ce temps , préparer un caramel en faisant fondre le sucre en poudre dans une casserole à large fond.

Lorsque le caramel attend une belle couleur ambrée, y jeter les noisettes grillées et remuer vivement..

Retirer du feu et laisser refroidir.

Mixer la « nougatine noisette » en plaçant  dans le bol de votre robot muni de la lame « hachoir » à viande.

Procéder par à-coups pour ne pas faire brûler le moteur.

Une fois la poudre « sablonneuse » obtenue, ajouter une pointe d’huile pour lier légèrement la pâte de pralin.

Vous pouvez la conserver dans un pot/bocal fermé hermétiquement.

 

Préparation des bouchées :

Faire fondre le chocolat, y ajouter une goutte d’huile neutre (un peu de beurre de cacao pour moi) afin d’obtenir un chocolat bien lisse et brillant. et le laisser Le laisser tiédir et pendant ce temps, façonner des boules de pralin . Si les boules ne s’amalgament pas suffisamment , y ajouter un peu de chocolat fondu.

Attention de en pas trop en mettre pour que le goût du pralin ne soit pas effacé par le chocolat.

Une fois les boules réalisées, les tremper dans le chocolat, une par une, à l’aide d’une fourchette et laisser prendre sur du papier sulfurisé.

Lorsque la couverture en chocolat est figée, placer les bouchées dans des petites caissettes de présentation et les conserver dans une boîte à l’abri de l’humidités et de la chaleur.

Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin sucré

Repost 0

Publié le 22 Octobre 2009


Ah les légumes verts !!!!!  
Ils vont en font voir de toutes les couleurs, n’est-ce pas ?
Voici donc une recette MAGIQUE pour arrêter de voir rouge dès que vous leur montrez du vert….
Fini la guerre, drapeau blanc, ce sera la vie en rose car je vous assure que personne n’y résiste, petits ou grands, ils ont jeté les armes et repris leur fourchette pour terminer leur assiette !





 


Ingrédients pour 6 personnes :

3 courgettes

6 fonds d’artichauts congelés


Farce :

500 g de viande hachée

1 petit oignon

1 œuf

Farine de matsa ou chapelure ou pain dur ou pain de mie
½ c.à café de cumin en poudre

Sauce :

2 c.à soupe d’huile

1 petit oignon

1 c. à soupe de sauce tomate

1 petite boîte de tomates concassées

1 grand verre d’eau

½ c.à café de cumin en poudre

piment doux

1petite pincée de 4 épices (uniquement si vous aimez la saveur cannelle/girofle) dans vos plats salés.

Sel, poivre

 

Préparation :

Laver les courgettes, et enlever une lamelle de peau sur 2 avec l’économe.

Découper des tronçons d’environ 10 cm (1 courgette = 3 tronçons)


Méthode 1 :
Si vous disposer d’un « retire-trognon de pomme », vous pouvez l’utiliser pour retirer le centre du tronçon de courgette. Lorsque vous utilisez cet outil, il vous reste à la fin de l’opération des petits « trognon » de chair de courgette. Moi, je les congèle pour une future soupe.


Méthode 2
 : Si vous n’avez pas cet instrument, il suffit de creuser le tronçon avec un couteau pointu en le tournant sur lui-même et former un « tunnel ».
Avec cette méthode, la chair que vous récupérez de la courgette est presque « râpée », vous pouvez alors l’intégrer à votre farce de viande hachée.

Sortir les fonds d’artichauts du congélateur et les passer rapidement sous l’eau chaude puis les égoutter.


Astuce :
Lorsque je mets les fonds d’artichauts farcis à cuire, ils sont encore congelés, cela leur permet de rester intact à la cuisson et de ne pas se décomposer.

Réservez les légumes.


Farce :
Hacher finement les oignons.

Mélanger la viande hachée, la moitié des oignons, l’œuf le ½ c. à  café de cumin, le sel el le poivre (et éventuellement la courgette « râpée », voir méthode 2 plus haut).

Ajouter ensuite  suffisamment de farine de matsa/chapelure pour que la farce reprenne plus de consistance.

Farcir les tronçons de courgette avec votre farce, garnir les fonds d’artichauts.

Cuisson :
Dans une sauteuse ou marmite à fond large, faire revenir les reste des oignons dans un peu d’huile.

Lorsqu’ils deviennent translucides, ajouter 1 c. à soupe de concentré de tomate, les tomates concassées, ½ c. à café de cumin, 1 c. à café de piment doux, sel, poivre et diluer le tout avec un grand verre d’eau.

Disposer les légumes farcis dans la marmite, les arroser avec le jus pour qu’ils se colorent à la cuisson et couvrir.

Lorsqu’ils sont cuits, découvrir et laisser réduire.

Pour être une réussite ce plat doit mijoter suffisamment, les légumes sont alors presque confits et c’est un régal !!!! 

Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin salé

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2009

Avant de sauter à pied joints dans l’hiver , un p’tit clin d’œil à cette délicieuse « fille de l’été » à la chair sucrée, juteuse et très parfumée, j’ai nommé : la poire williams !
On est habitué à la retrouver au sirop ou pochée mais aujourd’hui c’est fraîche pour parer une tarte sucrée que je vous propose de la déguster….

Astuce : Pour que vos morceaux de poires ne brunissent pas, arrosez-les de quelques gouttes de jus de citron.
 « Le petit + » : Sachez que la poire possède un taux intéressant d’acide folique, peu présent dans notre alimentation et recommandé aux femmes enceintes car il aide au bon développement du fœtus.




Ingrédients :
Pâte sablée (recette  ici)
4-5 poires Williams fraîches c'est bien meilleur qu'au sirop  !!!!

Attention : Les poires doivent être mûres mais pas trop fondantes sinon elles vont s’écraser à la découpe
2 œufs
100 g de margarine
100 g de sucre

1 sachet de sucre vanillé
40 g de farine

Décoration :
Amandes effilées
Nappage blond abricot (spécial tarte) ou quelques c.à soupe de gelée de groseille ou de confiture d'abricots.

 

Préparation :

Etaler la pâte sablée et en garnir un moule à tarte.

Enfourner à 160 °C jusqu’à ce qu’elle soit  légèrement cuite.

Pendant ce temps, éplucher les poires, et retirer le trognon central puis les couper en deux.

Avec un couteau fin et pointu  détailler les demi-poires en lamelles très fines sans les détacher du sommet du fruit, c’est clair ?

En fait, il s’agit de réaliser une sorte d’éventail de lamelles de poires qui restent liées entre elles.

Répéter l’opération avec toutes les moitiés de poires, réserver.

Dans un récipient, battre œufs + farine + sucre + margarine fondue.

Verser la moitié de cette crème sur le fond de tarte puis y déposer les « éventails de poires.

Dans les espaces « vides » (où il y a ni poire, ni crème mais que de la pâte), déposer la crème restante.

Parsemer d’amandes effilées et enfourner à 160-170 °C jusqu’à ce que la tarte prenne une belle couleur dorée.

A la sortie du four, napper avec la gelée de groseille ou le « nappage tarte » diluée dans de l’eau et tiédi.

 

Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin sucré

Repost 0

Publié le 15 Octobre 2009

Pour les fans de tartes salées en voici une qui

va vous plaire, fraîche colorée, pleine de saveurs et rapide à réaliser, c'est le succès asssuré !!!
Une réverence pour saluer l'été déinitivement envolé car croyez-moi vu le froid qu'il faisait ce matin, c'est même l'hiver en automne !!!!



Ingrédients :

Pâte:

Vous pouvez tout à fait utiliser une pâte feuilletée prête à l'emploi, pour changer j'ai préparé une pâte croquante au pavot bleu et aux sésames dorés .
200  g de Farine
1 bonne pincée de sel
1 oeuf
90 g de margarine (ramollie)
2 c. à soupe d'huile d'olive
1 c. à soupe de pavot bleu
1 c. à soupe de sésame doré

Garniture :
2 courgettes (pas trop grosses)
1 oignon
2 petites tomates ou quelques tomates cerise
150 g de féta
25 cl (1 pot) de crème fraîche
3 oeufs
2 c. à soupe d'huile d'olive
Sel,poivre au goût

Préparation :

La pâte:

Enfourner à nouveau pour une bonne 1/2 heure à 160-170°C et retirer lorsque la pâte est bien dorée.

Mélanger tous les ingrédients pour obtenir une boule homogène.

Etaler votre pâte et en garnir votre moule recouvert au préalable d'un papier sulfurisé (sauf si moule en silicone).

Enfourner à 170°C et retirer le fond de tarte lorsqu’il n’est pas encore doré.

Le "+": L'alliance des grains de sésame et de pavot dans la pâte lui donne du croquant et un p'tit gôût délicieux qui n'et pas sans rappeler celui de certains crackers

La garniture :
Pendant ce temps, couper les extrémités des courgettes et à l'aide d'un économe, enlever la peau 1 sur 2.
Couper les courgettes dans le sens de la longueur puis détailler des fines demi-rondelles.
Les faire revenir dans une poêle avec un peu d'huile d'olive et de sel.
Dès qu'elles prennent couleur et s'attendrissent, réserver sur du papier absorbant.

Surtout, ne pas laisser les courgettes cuire trop longtemps afin qu’elle restent légèrement croquantes dans la tarte.

Battre les œufs et la crème.
Y ajouter les tomates détaillées en dés (ou en moitié si tomates cerises), les courgettes, la moitié de la feta émiettée et un peu de basilic.
Remuer le tout et verser la garniture sur votre fond de tarte.
Parsemer de basilic et du reste de la feta émiettée

Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin salé

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2009

 

 

Tradition oblige, en cette saison il me faut de la confiture de coings !!!!! Que voulez-vous c’est un goût d’enfance que j’ai absolument besoin de retrouver à cette période.

Et donc me voilà partie, bille en tête pour ma confiture, prête à chercher mes « précieux » fruits  aux 4 coins du marché où je n’avais aucune envie de tourner en rond.

Mine de rien (allez savoir pourquoi) j’ai eu du mal à les trouver cette année, et quand je me suis trouvée face à « eux », la folie m’a pris d’en acheter une petite….douzaine soit 2.5 Kg de coings !!!!!!

Toute contente de mes emplettes je me précipite à la maison pleine d’enthousiasme et repensant avec nostalgie à cette confiture que j’aime tant…C’était sans savoir qu’à ne pas vouloir laisser traîner ces fruits dans un coin , j’ai bien failli leur faire une tête au carrée.

Mais refusant de tourner en rond, j’ai vaincu par K.O !

Résultat : 3 bocaux d’une confiture super réussie qui fait le bonheur des grands et des petits …. 


Ingrédients :
1 Kg de coings (environ 4 coings)

750 g de sucre 

Le jus d'un citron
et je rajouterai…de l’huile de coude !!!!!!!


Certains rajoutent des bâtons de cannelle ou du girofle, moi je trouve que ça modifie trop le goût de la confiture , je la préfère "nature" mais c'est à vous de voir...
 

Préparation :

1ére étape : Eplucher les coings à l’aide d’un économe.

Les couper en quartiers épais à l’aide d’un couteau solide et retirer la partie dure de chaque tranche.

En ce qui me concerne j’essaye de couper les tranches à partir du coing entier et de les désolidariser du « cœur » très dur à couper, ça marche plutôt bien et c’est plus rapide.

Attention, n’oubliez pas de réserver les  pépins. Utilisés lors de la cuisson,  ils donneront à la confiture sa belle texture légèrement gélifiée.

Rincer les coings el les égoutter

 

2éme étape : Mettre les fruits dans une cocotte à fond épais et les couvrir de sucre ainsi que le jus de citron.

Dans une petite compresse , placer les pépins des coings et faire un nœud solide. Placer cette petite « bourse » avec les fruits et le sucre.

Démarrer la cuisson à couvert et à feu doux pour que les fruits lâchent du jus, lorsqu’ils baignent dans le « sirop », augmenter le feu et découvrir puis laisser cuire en surveillant régulièrementt.

Les coings doivent  avoir une  texture tendre et prendre une belle couleur rosé plutôt soutenue.

Pour ma part, j’aime quand les tranches sont tendre mais fermes et bien confites donc je prolonge la cuisson pour que les fruits soient cuits à souhait.

Attention, les tranches vont se raffermir en refroidissant et le « jus » va s’épaissir et se gélifier grâce à la pectine relâchée par les pépins donc ne faites pas TROP CUIRE votre confiture.

 

Voir les commentaires

Rédigé par cookies

Publié dans #Coin sucré

Repost 0